Vaccination

Vaccination

Vaccination 2304 3072 Mamans Louves
Introduction

L’autorité parentale doit être rétablie , car largement piétinée pour des raisons illégitimes. L’autorisation d’un seul des deux parents pour la vaccination des enfants à partir de 12 ans, montre que le gouvernement se substitue à des décisions qui reviennent normalement de droit aux parents.

Il est important de rétablir un libre choix avec un consentement libre et éclairé qui doit se faire entre la famille et le médecin traitant.

Nous avions demandé à ce que tous les mineurs soient  exemptés du pass vaccinal et du pass sanitaire.

Nos inquiétudes sont grandissantes au vu des projets annoncés par la commission européenne au sujet de la vaccination des enfants dès la rentrée scolaire.

?? Commission européenne

Commission d'Enquête de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques sur les effets secondaire des vaccins contre la Covid-19

Actuellement une COMMISSION D’ENQUÊTE DE L’OFFICE PARLEMENTAIRE D’ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES SUR LES EFFETS SECONDAIRES DES VACCINS CONTRE LA COVID-19 ET LE FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME FRANÇAIS DE PHARMACOVIGILANCE est ouverte.

Mme Christine Cotton, biostatisticienne, Mme Emmanuelle Darles, et M. Vincent Pavan, enseignants-chercheurs, ont été entendus en audition privée dans le cadre des travaux de l’Office, et ont alors alerté sur les graves effets secondaires de ces vaccins.

Ils alertent, par voie de sommation interpellative délivrée par huissier, à l’occasion de leur conférence de presse du 24 mai 2022, sur des éléments essentiels pour les Français et particulièrement alarmants :

• D’importants biais dans les essais cliniques de phase 3
Les manquements et les biais dans l’essai clinique de phase 3 du vaccin Pfizer ont rendu les conclusions de l’essai clinique peu fiables du point de vue des Bonnes Pratiques Cliniques.

• Une opacité de l’information
Les chercheurs sont confrontés à l’opacité des données publiques sur les vaccins qui ne sont ni ouvertes au public ni aux chercheurs, un fait inédit dans l’histoire de la pharmacovigilance française.

• Une volonté de dissimuler la réalité de l’effets de ces vaccins
La méthode d’imputabilité des effets indésirables utilisée par les Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) ne permet pas l’obtention de données complètes.

• Une sous-évaluation notable des effets indésirables
Seuls entre 1% à 10% des effets indésirables sont usuellement déclarés dans les bases de données de pharmacovigilance.

• Des chiffres de mortalité alarmants
Les bases de données de pharmacovigilance européennes (EMA) font état, à ce jour, d’environ 30 000 décès en Europe pouvant être liés au vaccin, le nombre de décès est très probablement beaucoup plus élevé, eu égard à la sous-déclaration usuelle en ce domaine.

• Des remontées inquiétantes
A ce jour, les bases de données de pharmacovigilance montrent : 1 788% d’augmentation des troubles de cycles menstruels, 732% d’augmentation d’AVC et autant de cécité en quelques mois de vaccination que sur 30 années cumulées tous vaccins confondus. 62% de ces effets indésirables surviennent le jour même de la vaccination.

• Des informations méconnues du grand public
Pourtant, Mme Christine Cotton, Mme Emmanuelle Darles et M. Vincent Pavan, qui ont soulevé ces points en audition privée, ne sont pas invités à l’audition publique finale de l’Office, mardi 24 mai.
Ces informations ne seront, dès lors, pas portées à la connaissance du public.
Ils demanderont officiellement demain à être publiquement entendus par l’Office lors de l’audition finale publique du même jour.

À propos de Christine Cotton
Biostatisticienne, forte de vingt-trois ans d’expérience en matière de contrôle des essais cliniques. Auteur d’un rapport : Évaluation des pratiques méthodologiques mises en œuvre dans les essais Pfizer dans le développement de son vaccin ARN-messager contre la Covid-19 en regard des Bonnes Pratiques Cliniques », 28 fév. 2022 : https://christine-cotton.1ere-page.fr/evaluation-essais-pfizer/

À propos d’Emmanuelle Darles
Docteur en informatique, maître de conférence à l’Université de Poitiers. Co-fondatrice du Conseil scientifique indépendant, qui propose une information scientifique libre de tous conflits d’intérêts sur la crise sanitaire et ses implications scientifiques.

À propos de Vincent Pavan
Mathématicien, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille. Co-fondateur du Conseil scientifique indépendant. Co-auteur avec Arianne Biheran de « Le débat interdit », éd. Tredaniel La Maisnie, 2022.

Retrouvez ces rapports fournis à l’OPECST :

  • Rapport remis à l’OPESCT : Calcul d’indicateurs statistiques sur les effets indésirables liés aux injections ARNm depuis les bases de données de docs.les-citoyens.com
  • Evaluation des essais PFIZER – Christine COTTON Évaluation des pratiques méthodologiques mises en œuvre dans les essais Pfizer dans le développement de son vaccin ARN-messager contre la COVID-19 en regard des Bonnes Pratiques Cliniques christine-cotton.1ere-page.fr
D’autres scientifiques ont également alertés au sujet de la vaccination, retrouvez leurs propos ici :

Vaccination des enfants, le plaidoyer du Pr Robert W. Malone, biologiste moléculaire, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et inventeur de la technologie de l’ARN messager :

  • Vaccination des enfants, le plaidoyer du Pr Robert W. Malone L´éminent Professeur Malone, l’un des pionniers le l’ARN messager appelle chaque famille à résister quoi qu’il en coûte à la vaccination des enfants. Le principe de cette vaccination est d’injecter un gène viral dans les cellules de votre enfant. Ce gène force le corps de votre enfant à fabriquer des protéines de pointes toxiques. Ces protéines causent souvent des dommages … www.citoyens-informes.fr

Dr Amine UMNIL, Pharmacien hospitalier, directeur du Centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques du centre hospitalier de Cholet :

Vidéo complète Déclaration, analyse et communication autour des effets indésirables des vaccins contre la Covid-19, Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques :

Comment peut-on expliquer que des enfants de moins de 12 ans aient déjà pu être vaccinés alors que l’AMM conditionnelle n’a pas été validée ? cf :